Charles-Edouard Gil

Rêveur, et un brin poète, c’est sur les conseils de mon père que j’intègre une formation en vue de préparer un CAP photos. Je ne savais même pas que l’on pouvait en faire un métier ! Je n’ai jamais eu la fibre artistique et je me bats contre l’idée du don inné.
C’est au cours des stages que va jaillir le déclic, j’ai découvert qu’il existait une réflexion en amont de la prise d’une photo. Qu’il ne suffisait pas d’appuyer sur un bouton.
A partir de là, je me suis donné à fond ! J’ai suivi une formation en alternance au CIFAP à Paris et au sein de l’agence lyonnaise Nomades Production où je bénéficiais de la confiance de mes patrons j’avais accès à tout le matériel pro. Une opportunité pour reprendre le fil de mes travaux personnels, le soir ou entre midi et deux.
La photo s’apprend en regardant… mais surtout en pratiquant.
La pratique est essentielle, notamment lorsqu’il est question d’appréhender la lumière. Une période très intense qui se clôt par une série de succès, je me suis vu confier de gros budget pub comme Decathlon, Casino et Hugo Boss. 
Dans le même temps, je termine à la deuxième place du concours L’été des portraits (objectif de diamant) et remporte le titre de meilleur apprenti de France en photo (diaphragme d’or) en 2009. Après des débuts difficiles, et de nombreux refus de collaboration, j’ai décidé d’installer à Lyon mon propre studio de photographie de mode et de pub.  Je travaille toujours aujourd’hui pour une majorité de clients lyonnais (entreprises ou créateurs en direct, mais aussi des agences de communication), Je suis Lyonnais avant tout mais pour être considéré dans ce milieu, il faut être de Paris, de Milan ou de New York !